Rencontre régionale sur l’accès aux soins des personnes en situation de handicap

Rencontre régionale sur l’accès aux soins des personnes en situation de handicap

A cette occasion, la Charte Romain Jacob a été signée par 49 acteurs de la santé, du secteur médico-social et des représentants des usagers le Jeudi 2 juin 2016

 

L’accès aux soins des personnes en situation de handicap : un engagement collectif en Pays de la Loire

Les travaux menés dans différents cadres, et notamment celui du rapport Jacob, ont permis d’illustrer les difficultés d’accès aux soins curatifs et préventifs des personnes atteintes de handicap. On estime, par exemple, que 75% des personnes handicapées abandonnent tout ou partie des soins « courants », non liés au handicap.

L’accès aux soins des personnes handicapées s’inscrit au cœur des enjeux de décloisonnement des secteurs, ambulatoire, sanitaire et médico-social. C’est pourquoi 49 acteurs de la santé, du secteur médico-social et des représentants des usagers se sont réunis pour signer la charte Romain Jacob à l’occasion de la : Rencontre régionale sur l’accès aux soins des personnes en situation de handicap

 

>> Cécile Courrèges, Directrice générale de l’ARS Pays de la Loire :

« La signature de la Charte Romain Jacob en Pays de la Loire illustre à la fois l’achèvement des travaux engagés pour réaliser le plan d’actions régional et le lancement de la mise en œuvre de ce plan. Ce plan d’actions devra mobiliser largement puisque nous nous adressons aux professionnels des secteurs ambulatoire, hospitalier et médicosocial, à la démocratie sanitaire et aux acteurs de la prévention. C’est ambitieux, du temps sera nécessaire mais nous avons une obligation éthique à réussir et à atteindre nos objectifs partagés par l’ensemble des signataires. »

 

>> Denis LEGUAY, Président de la CRSA Pays de la Loire :

« Les personnes en situation de handicap vivent une vraie inégalité dans l’accès aux soins, qui a un réel impact sur leur qualité, et leur espérance de vie. Ces constats ne sont pas documentés depuis longtemps, et encore moins pris en compte. Il importe donc de s’y attaquer clairement. L’appel à cette prise de conscience lancé par Pascal Jacob a trouvé un écho en Pays de la Loire. L’ARS et la CRSA ont mis ce thème au travail, et élaboré un plan d’actions en cinq axes. Mais l’essentiel n’est pas ce plan. L’essentiel sera l’action, dont il nous faudra suivre la mise en œuvre, et les progrès que l’on en attend. La CRSA y sera particulièrement attentive. »

 

>> Pascal JACOB, Président de l’association Handidactique :

« Une personne atteinte d’un handicap est un témoin de toutes les erreurs à corriger dans le parcours de soins, parcours auquel il a droit comme n’importe quel usager de notre système de santé. »

 

Un plan d’actions régional pour l’accès aux soins et à la santé des personnes en situation de handicap

Pour répondre aux enjeux d’accès aux soins des personnes atteintes de handicap, l’ARS Pays de la Loire a choisi de l’inscrire dans ses domaines d’actions prioritaires et de se doter d’un plan d’actions, co-construit avec la CRSA et partagé avec les acteurs.

 

Quel diagnostic peut-on faire de l’accès aux soins des personnes en situation de handicap ?

Les travaux menés dans différents cadres, et notamment celui du rapport Jacob, ont permis d’illustrer les difficultés d’accès aux soins curatifs et préventifs des personnes atteintes de handicap.

Ainsi, on estime que :

  • 75% des personnes handicapées abandonnent tout ou partie des soins « courants », non liés au handicap ;
  • 50% des personnes handicapées souffrent d’une maladie chronique, dont on connaît les enjeux en termes de parcours de soins ;
  • Une tumeur du sein est découverte, en moyenne, avec un diamètre de 3 mm contre 4 cm dans la population des personnes en situation de handicap, soulignant ainsi les pertes de chance occasionnées par les difficultés d’accès aux soins.

Dans le domaine de la prévention et de l’éducation à la santé, on sait que les personnes présentant une déficience mentale ont une vulnérabilité plus importante face au risque de grossesse non désirée et d’infections sexuellement transmissibles.

 

Quels sont les obstacles à la bonne prise en charge des personnes en situation de handicap ?

Le handicap et l’accès aux soins recouvrent une grande diversité de situations et d’obstacles potentiels, qui peuvent s’additionner. On distingue ainsi :

  • des paramètres liés à la personne : son âge, son type de déficience (motrice, sensorielle, intellectuelle, psychique, communication, poly-déficience, etc.), sa situation (patient à domicile avec ou sans accompagnement, patient en établissement médico-social) ;
  • des paramètres liés aux professionnels de santé : l’insuffisance d’information, le manque de coordination, l’inaccessibilité des locaux, le manque de matériels adaptés, la place insuffisante laissée aux accompagnants
  • des paramètres liés au contexte du soin : soins en cabinet de ville, en milieu hospitalier, soins à domicile, auxquels il faut ajouter le niveau de valorisation du soin ;
  • des paramètres liés au type de soins : prévention, dépistage, consultation de médecine générale, soins dentaires, soins spécialisés.

 

Un plan d’actions régional co-construit avec les acteurs

Le plan d’actions s’articule autour de cinq axes :

  • La sensibilisation et la formation des acteurs de santé.

L’objectif des actions de sensibilisation et de formation qui seront proposées est de « donner envie aux soignants en éliminant peurs et préjugés » et de les rendre « compétents, accueillants, accompagnants ».

  • La coordination des acteurs pour une meilleure construction des parcours.

Il a été démontré que le manque de coordination est, en lui-même, générateur de iatrogénie (effets indésirables provoqués par les médicaments). Les professionnels libéraux, hospitaliers, du médicosocial doivent mieux se coordonner et ils ne réussiront les parcours qu’ensemble, sans toutefois se substituer les uns aux autres.

  • L’adaptation de la réponse des établissements de santé.

Il s’agit de permettre aux personnes en situation de handicap d’accéder dans les meilleures conditions possibles à l’ensemble des prestations de soins disponibles. L’objectif n’est pas de mettre en place des réponses spécifiques, mais de faire en sorte que tous les professionnels soient davantage sensibilisés à cet enjeu et d’avoir une organisation souple et des solutions d’appui pour s’adapter à des situations très diverses (urgences, consultations, examens, hospitalisations programmées).

  • La mise en place de dispositifs de consultations et de soins dédiés pour les personnes en situation de handicap.

Ces dispositifs sont conçus dans une logique de subsidiarité : ils n’ont pas vocation à se substituer aux soins de premier recours en milieu ordinaire. Ils permettent de répondre aux besoins non couverts ou difficilement couverts des personnes en situation de handicap pour des soins courants non liés à leur handicap.

  • L’accès aux soins « préventifs ».

Le plan prévoit la réalisation d’un état des lieux des initiatives existantes en matière d’éducation pour la santé, de promotion de la santé, d’éducation thérapeutique et de dépistage. Des pistes de développement d’actions en faveur de la promotion de la santé dans le secteur du handicap seront ensuite définies

L’accent porté sur les soins bucco-dentaires

Dans chacun des 5 axes du plan d’actions, les soins buccodentaires seront abordés spécifiquement car ils ont été considérés comme une priorité en région Pays de la Loire.

La question bucco-dentaire offre un champ opérationnel de travail complet sur les solutions à apporter concernant l’accès aux soins. Elle intègre en effet la prévention et les soins courants et concentre un grand nombre de difficultés, notamment celle de la contrainte de l’accès à un plateau technique.

Les publics « cœurs de cible » des actions pour les soins buccodentaires sont les personnes autistes ou atteintes de TED (troubles envahissants du développement), en particulier les enfants, ainsi que toute personne dont le handicap rend impossible la réalisation de soins bucco-dentaires sans prise en charge psycho-comportementale ou sédative en regard d’un besoin « d’immobilité » et de confiance requis

 

LES 49 SIGNATAIRES DE LA CHARTE ROMAIN JACOB EN PAYS DE LA LOIRE

« © Valérie Pinard pour Argentic & Numéric »

photo officielle Charte Romain Jacob PDLReprésentants d’usagers et associations

  • Union nationale de familles et amis de personnes malades et/ou handicapées psychiques (UNAFAM)
  • Comité d’entente Handicap
  • Collectif Interassociatif Sur la Santé (CISS)
  • Handidactique
  • Union régionale des associations de parents, de personnes handicapées mentales et de leurs amis (URAPEI)
  • Association pour Adultes et Jeunes Handicapés (APAJH)
  • Association des Paralysés de France (APF)
  • Union fédérale des consommateurs (UFC)
  • Cosia 72
  • Autisme FBPL
  • Sésame Autisme 44
  • Acsodent

Institutions

  • ARS Pays de la Loire
  • CRSA des Pays de la Loire
  • Conseil régional des Pays de la Loire
  • Conseil départemental de Loire-Atlantique
  • Conseil départemental du Maine-et-Loire
  • Conseil départemental de Mayenne
  • Conseil départemental de la Sarthe
  • Conseil départemental de Vendée
  • Université de Nantes
  • Université d’Angers
  • CHU de Nantes
  • CHU d’Angers
  • Conseil régional de l’Ordre des médecins
  • Conseil régional de l’Ordre des infirmiers
  • Conseil régional de l’Ordre des chirurgiens-dentistes
  • Conférence de territoire de la Loire-Atlantique
  • Conférence de territoire du Maine-et-Loire
  • Conférence de territoire de Mayenne
  • Conférence de territoire de Vendée
  • Conférence de territoire de la Sarthe

Fédérations du secteur sanitaire et médico-social

  • Fédération Hospitalière de France (FHF)
  • Fédération des Cliniques et Hôpitaux privés de France (FHP)
  • Fédération des établissements hospitaliers & d’aide à la personne (FEHAP)
  • Fédération nationale des établissements d’hospitalisation à domicile (FNEHAD)
  • Fédération nationale des associations gestionnaires au service des personnes handicapées et fragiles (FEGAPEI)
  • Union Nationale de l’Aide, des Soins et des Services aux Domicile (UNA)
  • Union Régionale Interfédérale des Organismes Privés Sanitaires et Sociaux (URIOPSS)
  • Mutualité Française
  • OVE Fondation

Représentants du 1er recours

  • URPS Médecins
  • URPS Chirurgiens-dentistes
  • URPS Infirmiers
  • URPS Pharmaciens
  • URPS Masseurs kinésithérapeutes
  • Association des Pôles et Maisons de Santé en Pays de la Loire (APMSL)

Prévention – Santé publique

  • Union Française pour la Santé Bucco-dentaire (UFSBD)
  • Instance régionale en éducation et promotion de la santé (IREPS)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *